Destinations

Le Canada

Le Canada

La consommation de vin au Canada s’est élevée à 456,5 millions de litres sur l'année 2010 (+3,5% par rapport à 2009), ce qui représente une consommation d'environ 13 litres par habitant. Le chiffre d'affaires issu de la vente de vin au détail a atteint 4,634 milliards USD en 2010. Sur les dix dernières années, le volume global de consommation a augmenté de près de 25%. Cette tendance devrait se poursuivre au cours des prochaines années : on prévoit que les volumes des ventes de vins augmenteront de 19% d'ici 2014, soit une augmentation six fois plus rapide que la moyenne mondiale. Cela montre que le marché du vin au canada est en pleine expansion : entre 2000 et 2010, la part du vin est passée de 23% à 29% de la consommation d'alcool, alors que la part de la bière a diminué de 52% à 46%, soit une consommation annuelle par habitant de l'ordre de 68,4 litres en 2010.

Le développement de la consommation de vin au Canada est lié, en grande partie, à la croissance des ventes de vins canadiens, en particulier des vins rouges, supérieure à celle des ventes de vins importés.
Une récente étude a montré que 71% des consommateurs de vin au Canada prêtaient une attention toute particulière à la provenance des vins qu'ils achètent. De plus, 94% des consommateurs considèrent que la qualité est le facteur le plus important dans le choix d'un vin, avant le prix. Les Canadiens sont toutefois sensibles au prix. Le prix psychologique d'une bouteille de vin est d'environ 10 CAD. Près de 44% des ventes de vins concernent des vins à moins de 6 EUR. Le consommateur canadien devient de plus en plus sensible à l'information et attentif aux cépages et à la qualité des vins.
Les vins français, italiens et canadiens restent les plus populaires. Le vin français est réputé pour sa qualité ainsi que pour son offre diversifiée. Mais sa popularité varie selon les régions canadiennes : alors qu'au Québec la production française détient 50% des parts de marché, en Colombie Britannique elle n'en détient que 6%. En d’autres termes, le vin français est très fortement concurrencé par les vins du Nouveau Monde et ne profite pas pleinement de la croissance du marché canadien du vin.
 

En savoir plus :
www.ca-vinexport.com
www.winealley.com

Le Brésil

Le Brésil

Le Brésil est aujourd’hui un marché incontournable dans le cadre d’une stratégie internationale. Compte tenu de l’importance de sa population (190 millions d’habitants qui augmente de 2,5 millions de personnes par an), la marge de progression de la consommation de boissons alcoolisées apparaît considérable, sur un marché qui tire l’essentiel de la croissance de l’Amérique Latine.

S’agissant des vins tranquilles et mousseux, le potentiel de croissance est significatif car la consommation à ce jour est modeste. Concernant le marché des spiritueux, une grande attention est également portée à la demande locale. Ainsi, afin de satisfaire le marché domestique, le segment brésilien des spiritueux est en train de se diversifier notamment avec le lancement fréquent de nouveaux produits et de nouveaux conditionnements.
La consommation de vin par habitant est minime puisqu'elle s'élève à moins de 2 litres par an. Il existe de fortes disparités dans le pays : si la consommation par habitant est de 4,8 litres à Rio de Janeiro, elle n'est que de 0,8 litre à Bahia. La consommation brésilienne de vin représente 1,3% de la consommation totale de vin dans le monde. La dynamique actuelle est très favorable pour le développement de ce marché. Selon une estimation d’Ibravin (l'Institut brésilien du vin), la consommation de vin par habitant au Brésil devrait passer à 9 litres par habitant dans 15 ans.

Le Brésil a vu ses exportations décroître entre 2010 et 2011. Il importe près de 60 millions de litres par an, soit 17% de la consommation totale. Le pays est le 16ème producteur mondial de vin. La France, toujours à la 5e place au rang des fournisseurs, a enregistré entre 2011 et 2010 une augmentation significative en terme de volume (+18,2%) et de valeur (+16,9%), au profit d'un prix de vente moyen par litre légèrement plus bas (5,21 EUR en 2011 et 5,27 EUR en 2010).
La vitiviniculture brésilienne s’est beaucoup développée au cours de ces dernières années. Le recours aux techniques modernes de conduite des vignobles permet aux viticulteurs de produire des vins de meilleure qualité.
Le Brésil se place au 22e rang mondial en surface de vignobles cultivés. Sa production de raisin est, elle, en 16e position. En termes de production de vins, le Brésil est le 15e acteur mondial avec un volume presque treize fois inférieur à la France, principal pays producteur.

Le Pérou

Le Pérou

Le Pérou est à la fois un pays consommateur et producteur de vin.

Même si la consommation de vin par habitant reste faible, 1 litre par an, les Péruviens consomment de plus en plus de vin (29 millions de litres ont été consommés en 2007). En effet, avec près de 29,2 millions d'habitants, le marché est en plein essor. Toutefois, la consommation de vin reste marginale en comparaison de la bière et du Pisco (alcool de vin distillé). Sa production ne suffisant pas à satisfaire les demandes, le Pérou a importé plus de 7,4 millions de litres de vin en 2007. La France fait partie des cinq premiers fournisseurs du Pérou, mais loin derrière les pays voisins de ce dernier qui sont le Chili et l'Argentine. Elle ne détenait en volume que 2% de parts de marché et en valeur 4,9%.

Depuis l'an 2000, la production de vin au Pérou ne cesse de croître et a atteint les 5,8 millions de litres produits en 2005, soit une progression de 77,9% en cinq ans. En 2009, la surface du vignoble péruvien était de 12,9 milles hectares. Le Pérou représente 0,2% de la surface totale du vignoble mondial.

L’industrie vitivinicole est essentiellement concentrée autour d’une dizaine d’industriels qui produisent également du pisco, mais bon nombre de producteurs exercent une activité artisanale et informelle.

On distingue trois types de producteurs de vins :

  • les producteurs industriels
  • les producteurs artisanaux
  • les producteurs semi-industriels

L'Australie

L'Australie

L’Australie est à la fois consommateur et producteur de vin.

Avec une population de 21,4 millions d'habitants en 2011, l'Australie est un marché qui peut paraître modeste au regard de certaines autres grandes puissances viticoles. Mais c'est un marché important en raison de son statut de grand producteur de vin, du pouvoir d'achat important et croissant de ses habitants, de leur ouverture sur le monde et de leurs habitudes alimentaires et de consommation de vin. Cette consommation ne cesse d'augmenter au détriment de la bière, boisson traditionnelle du pays. Elle repose essentiellement sur la production nationale en retrait en 3,4% en 2010 par rapport à 2009 en raison de la crise du secteur et de facteurs météorologiques.

Le marché du vin en volume a connu un taux de croissance moyen entre 2007 et 2011 de 2,3%. En moyenne entre 2011 et 2016, ce marché devrait continuer à croître de 2,1%. Quant au marché du vin en valeur, il a connu un taux de croissance moyen entre 2007 et 2011 de 3,3% et atteindra un taux de croissance moyen de 3% entre 2011 et 2016. En 5 ans le marché du vin à augmenté sa valeur de 14,1% et son volume de 11%.

Le pays est le 16ème pays consommateur, le 6ème pays producteur et le 4ème exportateur mondial de vin. En 2007, la France était son 3ème fournisseur en volume et le 2ème en valeur. La France détenait 15,3% de parts de marché en volume mais 35% de parts de marché en valeur.
Le marché domestique est très concurrencé par les vins néo-zélandais à bas prix ainsi que par les vins de l'Europe du Sud.

La filière du vin australienne a investit sur l'export. L'Australie est le pays de l'hémisphère sud qui a le plus bénéficié de l'attraction suscitée par les "vins du nouveau monde". En 2000, ses exportations n'atteignaient que 3,1 millions d'hectolitres. Ce chiffre a doublé en 5 ans : en 2005, elles dépassent les 7 millions d'hectolitres.
L'Australie a mis en place, en 1996, un plan de développement, appelé "Strategy 2025", qui a pour objectif de faire de ce pays, en trente ans, l'un des plus grands pays viticoles au monde en terme de production.

Quelques chiffres :
Implantation du 1er vignoble : 1788
Superficie du vignoble : 150 000 hectares
Consommation (par habitant) : 20,61 litres par an
Production en 2008 (estimations) : 12,5 millions d'hectolitres (source : Vitisphère/AFP/Quid 2006)
 

Pour en savoir plus :
http://www.wineaustralia.com
www.awri.com.au

L'Europe

L'Europe

L'Union Européenne occupe une place prédominante sur le marché mondial du vin. Avec une production annuelle de 175 millions d'hectolitres, elle représente 45% des superficies viticoles du globe, 65% de la production, 57% de la consommation mondiale et 70% des exportations mondiales.

Les principaux producteurs sont l’Italie, l’Espagne et la France. L’Europe reste très consommatrice de vin même si chaque année sa consommation baisse. Les pays de l’Europe du Nord voit leur consommation évoluée – ils achètent moins de vins mais ils achètent des vins plus qualitatifs. Globalement le marché européen reste très dynamique et il reste encore beaucoup de place pour nos vins français. Mais attention tout de même car la concurrence internationale est bien présente.
 

« faire déguster un vin,
c’est déjà le faire voyager »